Un écosystème forestier unique en Amérique du Nord

On observe dans les Monts Groulx la plus importante concentration de pessières à épinettes blanches de toute la forêt boréale continentale. La capacité d'adaptation de l'épinette blanche au climat froid, l'absence de feux répétés sur de grandes périodes, une évapotranspiration faible, combiné avec des précipitations abondantes, sont des facteurs qui favorisent le maintien des forêts d'épinettes blanches.

 

Les groupements à lichens se trouvent typiquement sur des dépôts morainiques bien drainés à faible déclivité en bordure des plans d’eau, ce qui est le cas ici. La forêt rare des Monts-Groulx repose sur des dépôts de till de minces à moyens. Le drainage y est bon. Étant donné la pauvreté des sols et le climat, le couvert est très peu dense. Il est dominé par l’épinette blanche et renferme aussi de l’épinette noire et du sapin baumier. L’épinette blanche, le sapin baumier et l’épinette noire s’observent également dans les strates inférieures : c’est l’épinette noire, cependant, qui y abonde le plus.

 

En plus de l’épinette blanche, du sapin baumier et de l’épinette noire, la strate arbustive inférieure renferme le bouleau glanduleux, le bleuet à feuilles étroites, la Myrtille des marais et la camarine noire. Le tapis végétal est dominé par les lichens : Cladina mitis recouvre presque tout le sol; on y observe aussi Cladina rangiferina. La mousse pleurozie dorée y est aussi très abondante. Quelques herbacées peuvent également y être observées. Notons aussi la présence de La coptide trifoliée,  Le Quatre-temps, aussi nommé cornouiller du Canada et d’Epilobium canum ssp. angustifolium.

Source : Ministère des Ressources naturelles et de la Faune

©Marc St-Hilaire 2019. Tous droits réservés