top of page
Rechercher

Notre aventure aux monts Groulx, du 20 au 25 juin 2021

Dernière mise à jour : 10 juil. 2021



Une balade sur la toundra alpine des monts Groulx nous attendait, tous impatient de marcher sur l'ilôt arctique bordé par la forêt boréale et l'astroblème Manicouagan. Cette année, il y a eu une très forte demande pour venir nous accompagner lors de notre traversée annuelle. Sept personnes ont pris part à l'expédition: Jaëlle, Christine, Patrick (mon frère), Violaine, Isabelle, Benjamin et moi-même.


Pour ma 11ème traversée, j'apprivoisais de trouver le chemin le plus facile pour faire une traversée sud/nord en ayant comme mission de quand même côtoyer les plus beaux secteurs des monts Groulx. La continuité prend racine dans mes souvenirs, elle accueil mon repos et porte déjà mes rêves.


Comme à chaque année, tous les participants se rencontrent à Ragueneau pour un petit camping de rencontre et de préparation.


Samedi matin, nous prenons la route pour rejoindre les Monts Uapishka. Nous observons que la route 389 est de plus en plus belle, surtout le tronçon après Manic 5. On se dirige jusqu'au km 335, l'endroit où est le refuge mythique qui est la Lyre. Notre préparation commence, on s'imprègne déjà de l'air pure. Bouffe et bonnes bières au menu! De l'eau purifié des montagnes à notre portée! Enfin le sentiment d'être vivant! On sort les cartes pour visualiser notre itinéraire et regarder le chemin à prendre pour une nouvelle aventure.


Voici notre groupe pour notre escapade dans les monts Groulx.

De gauche à droite, moi, Jaëlle, Isabelle et Benjamin au centre en haut, suivi de Christine et bas, Violaine et Patrick, mon frère qui aura l'opportunité de vivre les Groulx une fois dans sa vie!


Jour 1;


Notre randonnée commence sous un soleil bien vivant, poussant des vagues de chaleurs à nous faire dégouliner.


Quelques instants après notre départ, la panoramique offre un aperçu visuel du réservoir Manicouagan.


Nous prenons une petite pause au lac Castor, avant d'entreprendre la dernière montée pour atteindre le sommet.


Nous sommes tous enfin arrivés au sommet pour contempler le paysage nordique.

Une marche dans le sentier qui fut agréable à trotter lors de notre passage. Les arbres qui bloquaient le sentier ont tous été retiré, ce qui nous a facilité notre randonnée. Il y avait très peu de boue dans le sentier Provencher, ce qui nous a laissé les pieds sec en cette magnifique journée!

Photo prise par Isabelle Dufresne-Lienert


Nous avons installé notre campement pour notre première nuit tout juste à l'est du Provencher, dans la vallée qui descent jusqu'au lac Quintin.


Pendant la soirée nous apercevons un coucher de soleil qui semble des plus extraordinaire. Nous décidons de remonter sur le plateau Provencher pour aller observer l'horizon de la Manicouagan.


Jour 2;

Une petite randonnée à partir du massif Provencher jusqu'au lac Magique. Une journée assez simple, facile et époustouflante en même temps!


Voici ici sur les images, Benjamin sur le Massif, suivi d'un grand Chevalier et du lagopède des saules.


Benjamin qui est prit sur le vif entrain de traverser un petit ruisseau durant notre trajet.


Christine quant à elle contemple le paysage du lac Magique et des sommets avoisinants.


Ce merveilleux lac porte effectivement bien son nom. Chaque instant passé ici nous apportes toujours son lot d'émerveillement de par sa beauté et la solitude qu'on peut y retrouver.


Jour 3;

Nous commençons notre journée dans le brouillard sans savoir où cette marche nous mènera. Nous empruntons la vallée qui descend vers l'est. Bifurquant au nord pour atteindre l'embouchure du lac Joyel.




Voici l'embouchure du lac Joyel au sud. Nous allons maintenant passer par l'est du lac pour atteindre le lac de la plénitude.


Une petite découverte bien surprenante, l'abri d'urgence pour motoneigistes, un désastre visuel pourtant implanté dans un décor magistrale sur le sommet du mont Joyel.


Après cette macabre découverte, nous nous dirigeons vers le lac Laliberté pour y passer une autre petite nuit agréable sur les plateaux.



Jour 4;

Nous prenons la direction du sommet du mont Jumelle, pour ensuite nous diriger vers le lac de la Benoîte pour y passer la nuit.


Pendant une petite pause, certains se sont donné à cœur joie de nous faire une demonstration de leur talent de danseur de swing en plein cœur de la toundra.


Quelques heures plus tard, nous arrivons au lac de la Benoîte pour y passer une autre petite nuit.


Voilà les moments de ressourcements que nous attendions après cette petite journée de marche.


Nous sommes arrivé tôt à l'emplacement, moi et Jaëlle avons marché sur le bord du lac à la recherche de petits oiseaux.


Je vous présente en ordre, le chevalier grivelé, le sterne pierregarin, le mésangeai du Canada et le bruant à gorge blanche.



Je vous montre la lune qui s'est levé devant nous au lac de la Benoîte, elle était d'une beauté surnaturel.


Jour 5;

Nous sommes partis en direction du sommet du mont de la tour Boissinot. Les vents se sont levés brutalement.


Nous cherchons sur la carte, le chemin le plus rapide pour rejoindre le lac du Faucon pèlerin. Impossible, avec des vents aussi fort, de monter une tente à découvert.

Quelques heures plus tard, on arrive au lac du Faucon pèlerin. Nous voyons que les coups de vents sont redoutables. Des rafales qui courbent et tourmentent les cimes des arbres rabougris. Comme prévu, on décide de rejoindre le premier plateau qui est tout juste à l'entrée des sentiers pour y percher nos tentes.


Rendu sur place, nous voyons que les vents ne cessent de souffler. On décide quand même d'y installer nos tentes sommairement à l'abri du vent! Tout au long de la nuit, on s'est fait brasser par ces bourrasques qu'on n'a presque pas dormi de la nuit..



Pour conclure notre randonnée, j'ai enfin trouvé le trajet le plus facile pour entreprendre la traversée des monts Groulx. Malgré le fait qu'on a pas fait de grosse montée, nous avons toutefois grimpé sur les sommets Provencher, Nomade, Joyel, Jumelle, et Boissinot. On a délaissé le Veyrier, car à l'est du lac Joyel, les vues sont beaucoup plus vibrantes et époustouflante, nous ne faisons pas les monts Groulx du fait qu'un sommet se retrouve sur une liste à faire, mais bien pour vivre l'aventure, la solitude, et le dépaysement . Nous avons aussi omis d'aller voir le Jauffret, vu que les vents pendant cette période étaient trop violent.


On a eu du beau temps tout le long de notre escapade sur les plateaux, aucune journée de précipitation mise à par la dernière journée ou la pluie se montrait timide. Dame nature nous a gâté encore une fois, je crois être vraiment chanceux car depuis mes début en 2011 à faire la traversée, j'ai eu seulement quelques gouttelettes d'eau sur la tête et les pieds mouillé que 3 fois sur 11!


Un grand merci au groupe, ce fût très agréable de vous côtoyer tout au long de cette randonnée, encore une fois, une équipe d'enfer pour cette courte et agréable traversée!

Je rêve déjà à ma prochaine aventure sur la toundra, Juillet? Septembre?


L'an prochain, je crois qu'on fera la traversée sur 7 ou 8 jours.


Les photos ont été prises par Jaëlle et moi à l'exception de quelques unes que vous retrouverez sur la page.

813 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Komentarze


bottom of page